Actualités

Dernières actualités
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) exige, dès le 8 avril, le port du masque médical en continu à l’intérieur dans les milieux de travail, incluant tous les chantiers intérieurs de construction et de rénovation.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) exige, dès le 8 avril, le port du masque médical en continu à l’intérieur dans les milieux de travail, incluant tous les chantiers intérieurs de construction et de rénovation.

Pour le travail effectué à l’extérieur, le port du masque médical ou d’un masque attesté par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) est obligatoire si des interactions à moins de deux mètres peuvent se produire.

Devant la menace des variants de la COVID-19, hautement plus contagieux, la CNESST invite les milieux de travail à la plus grande prudence : « Ainsi, le port du masque médical en continu, ou d’un masque attesté par le BNQ, devient une mesure additionnelle à respecter à l’intérieur pour limiter la propagation du virus et de ses variants, en plus de la distanciation physique et de la présence de barrières physiques. »

  • Le port du masque médical ou du masque attesté par le BNQ ne s’applique pas si la personne travaille seule dans une cabine ou une pièce fermée (ex. : un bureau avec des murs et une porte, un camion, un habitacle) et lorsqu’elle mange et boit (ex. : lors des repas et des pauses).
  • Une personne n’est pas obligée de porter son masque en continu dans les situations suivantes :
    • pour des raisons de santé (ex. : une personne asthmatique) ou de sécurité (ex. : la présence de buée obstruant la vue pour la conduite d’un véhicule ou la manipulation de machineries);
    • s’il nuit à la communication (ex. : le secteur de la production audiovisuelle ou de l’information, la présentation de nouvelles ou les conférences de presse), à la compréhension ou à l’apprentissage (ex. : en enseignement);
    • s’il empêche l’exécution des tâches liées à un emploi (ex. : un chanteur ou un musicien d’instrument à vent).

Rappelons que ces mesures sont complémentaires aux actions préventives déjà en place et inscrites au Guide COVID-19 – Construction. Selon ce guide, la protection occulaire doit également être portée avec le masque, sauf si toutes les personnes qui travaillent à moins de 2 mètres portent un masque médical, et qu’elles n’ont aucune interaction avec la clientèle, la protection oculaire n’est pas exigée.

Pour plus de détails, consultez les documents suivants :

Des questions?

Nos équipes d’experts sont présentes pour répondre à vos questions, et ce, même à distance.

Publié sur le site de l’APCHQ en date du 07/04/2021

Articles Similaires