Actualités

Dernières actualités
Compagnons et apprentis, en formation!

Compagnons et apprentis, en formation!

Publié le 26 septembre 2022

Au Québec, les travailleurs et les travailleuses de la construction ont la chance de pouvoir puiser parmi une grande variété de formations gratuites afin de parfaire leurs compétences dans leur métier respectif.

En effet, chaque année au mois d’août, la Commission de la construction du Québec (CCQ), en partenariat avec les associations patronales et syndicales de l’industrie, lance le Répertoire des activités de perfectionnement du programme Fiers et compétents, par le biais d’une campagne de promotion. Le Répertoire propose plus de 500 formations pertinentes répondant aux besoins en lien avec la pratique des différents métiers et titres occupationnels de l’industrie.

La formation, une priorité

Si l’industrie de la construction s’est bâtie et solidifiée grâce, entre autres, à la relation de confiance et d’échange qu’implique le compagnonnage, elle reconnaît qu’elle doit sa qualité en grande partie à la culture de formation qui y prévaut depuis l’avènement de la CCQ en 1987. Responsable du régime d’apprentissage et de formation, la CCQ s’est associée aux partenaires de l’industrie pour développer une offre adaptée aux réalités du milieu de la construction, favorisant le développement d’une relève compétente, la progression des apprentis et la satisfaction des besoins de la main-d’œuvre. D’importants efforts sont aussi consacrés au perfectionnement des travailleurs et travailleuses, comme en témoignent l’institution dès 1992 du Fonds de formation des salariés de l’industrie de la construction (FFSIC) et, depuis une dizaine d’années, du programme Fiers et compétents, visant à mousser la formation continue auprès des salariés.

La formation, est-ce seulement pour les apprentis?

Œuvrant dans un domaine en constante évolution sur le plan des technologies, de la complexité des tâches et des normes réglementaires, les travailleurs et travailleuses de la construction doivent inévitablement poursuivre leurs apprentissages afin de maintenir, voire d’améliorer leurs compétences et ainsi d’assurer leur employabilité. S’inscrire aux activités de perfectionnement offertes via le Répertoire demeure le moyen le plus simple d’y parvenir, que ce soit par obligation de formation ou de façon volontaire.

Étant appelés à transmettre leurs savoirs aux apprentis qu’ils accompagnent, les compagnons ont tout avantage à se tenir au fait des dernières avancées et techniques de travail relatives à leur métier. En suivant une formation, non seulement les compagnons enrichissent-ils leurs propres compétences afin de maîtriser davantage leur métier, ils deviennent également des mentors mieux outillés pour épauler leurs apprentis. En se maintenant à l’avant-garde, le compagnon devient aussi plus polyvalent sur les chantiers.

Sur le chantier, le compagnon qui se perfectionne agit comme une courroie de transmission en permettant à son apprenti de bénéficier de ses aptitudes plus pointues. Au sein de l’industrie elle-même, tel un agent multiplicateur des notions qu’il a apprises, le compagnon contribue pleinement à favoriser la culture de formation en donnant l’exemple. Ainsi, il peut inciter son apprenti à aller se perfectionner lui aussi, que ce dernier soit diplômé ou non.

De son côté, l’apprenti qui suit une activité de perfectionnement peut partager à son tour ses propres apprentissages avec son compagnon. Également, en prenant part à une activité de perfectionnement, il bénéficie d’un avantageux crédit de formation, soit un nombre d’heures pouvant être ajouté au carnet d’apprentissage une fois ladite activité réussie.

Par ailleurs, les employeurs trouvent incontestablement leur compte dans le perfectionnement des compagnons et apprentis, puisque des employés au fait des nouvelles techniques et normes de travail sont inévitablement plus performants et motivés, assurant efficacité et sécurité sur les chantiers ainsi qu’un meilleur maintien de la qualité des travaux. De plus, grâce aux cotisations qu’ils versent au FFSIC, les entrepreneurs admissibles peuvent profiter du Service de formation aux entreprises (SFAE) de la CCQ, où des conseillers développent et organisent des formations sur mesure répondant aux besoins spécifiques de leur main-d’œuvre.

Mesures incitatives intéressantes

En plus d’être gratuites, puisqu’elles sont financées par le FFSIC, les activités de perfectionnement présentées dans le Répertoire sont accessibles, majoritairement axées sur la pratique et réalisées dans un environnement convivial. Certaines d’entre elles sont proposées dans une version « apprentissage mixte », où la portion théorique s’effectue en ligne et la partie pratique, dans un centre de formation professionnelle.

Le manque de temps et l’horaire de travail pouvant parfois représenter des freins à la participation à une activité de perfectionnement, les formations sont offertes dans un large éventail de durées (aussi peu que 4 ou 8 heures parfois) et de plages horaires. Ainsi, il est tout à fait possible de choisir une formation plus courte ou longue, à temps plein de jour ou de soir, à temps partiel ou de fin de semaine afin de convenablement concilier le travail, les études et les loisirs.

Des agents de promotion du perfectionnement des associations patronales et syndicales sont également disponibles pour orienter et déterminer la ou les formations pertinentes.

Bien qu’une participation dans la région de domicile soit favorisée, un soutien financier du FFSIC couvrant les frais de déplacement et d’hébergement liés à la formation peut être obtenu. De même, pour chaque formation à temps plein de plus de 25 heures par semaine, des heures bonifiées sont hebdomadairement versées par le FFSIC dans la réserve du régime d’assurance privé (MÉDIC Construction) de l’employé(e), et il est possible de recevoir une allocation d’Emploi-Québec ou de conserver l’assurance-emploi.

Le meilleur de soi

En se perfectionnant, le compagnon ou l’apprenti développe son expertise, dispose de nouvelles aptitudes et savoir-faire en plus de se démarquer sur un chantier par son attitude d’ouverture face à l’apprentissage, devenant ainsi un candidat ou une candidate de choix, davantage convoité par les employeurs. Ceux-ci, en encourageant leurs employés à se perfectionner davantage, et ces derniers, en cherchant à développer le meilleur d’eux-mêmes, participent activement à la saine croissance de l’industrie, laquelle bénéficie positivement de la formation continue et volontaire de ses membres puisque le perfectionnement et la transmission des bonnes pratiques bonifient à coup sûr la qualité du travail accompli.

De par sa nature même, le compagnonnage contribue donc positivement à perpétuer cette culture de formation si indispensable à l’industrie.

 

Article publié le 26/09/2022 sur le site CCQ.

Articles Similaires